Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Manifeste d'une nouvelle littérature africaine. Pour une écriture préemptive

Manifeste d'une nouvelle littérature africaine. Pour une écriture préemptive de Patrice Nganang

18,00 €
Quantité

ON NE PEUT PLUS ECRIRE aujour­d'hui en Afrique, comme si le géno­cide de 1994 au Rwanda n'avait jamais eu lieu. Ce génocide n'est pas seulement la culmination sur le continent africain du temps de la violence. Il est aussi le symbole d'une idée qui désormais fait corps avec la terre africaine : «l'extermination de masse perpétrée par des Africains sur des Africains».

ECRIRE, ce n'est pas seulement raconter des histoires. C'est aussi inscrire ses mots dans la profondeur autant d'une terre que d'un rêve. C'est aussi bien saisir les racines de l'océan, que titiller les dieux. Bref, c'est risquer sa vie. Or, si la génération d'auteurs africains d'aujourd'hui est née indépendante, elle a grandi avec les génocides, les violences, les dictatures, le chaos et l'exil.

IL S'AGIT DONC pour nous moins d'inventer un style juste pour dire la tragédie de notre continent, que de créer un style d'écriture qui rende cette tragédie dorénavant impos­sible : c'est ce style d'écriture que nous appelons «écri­ture préemptive». Parce que le concept de préemption est usé par le politique, aujourd'hui, nous réclamons le droit de le redéfinir à notre guise ; en l'inscrivant dans les logiques tourbillonnantes et parfois si affreuses de l'histoire africaine, et en lui insufflant la vision qui est la nôtre : celle d'un écrivain originaire d'Afrique.

Patrice Nganang est professeur de théorie littéraire à la State University of New York, Stony Brook. Il est l'auteur de plusieurs romans, contes et recueils de poèmes ainsi que de nombreux essais, traduits en plusieurs langues. Son roman «Temps de chien» a reçu le prix Marguerite Yourcenar (2002) ainsi que le Grand Prix de la Littérature d'Afrique Noire (2003).Il a publié «L'invention du beau regard. Contes citadins» chez Gallimard en 2005.

1 Article

Références spécifiques

0
0